Les Vendredis du Canal à Malestroit

Les Vendredis du Canal sont inscrits dans le paysage culturel du Pays de Malestroit depuis plus de 20 ans.

Initialement créés par Gérard Le Bouquin à la fin des années 90, ces manifestations estivales sont devenues incontournables. Malheureusement, la pandémie a eu raison de l’édition 2020 qui n’a pu avoir lieu, ce qui a suscité une déception générale. Malgré cela, la Ville qui a toujours souhaité encourager et soutenir le spectacle vivant avait organisé deux événements en août 2020, sur la place du Docteur Queinnec, puis en 2021 au bord du Canal, sur la Digue.

En cette édition 2022, c'est tout le coeur du centre-ville de Malestroit qui résonnera et fera danser locaux et touristes !
Rendez-vous sur la place du Bouffay chaque vendredi soir (sauf 12 août) pour apprécier les concerts gratuits proposés par la Ville.
Le 12 août, le concert sur tiendra à la Madeleine, ne manquez pas cette soirée...

 

vendredis du canal 2022 AFFweb

Découvrez le programme complet, en cliquant ici.

 

Vendredi 1er juillet
1re partie : Harmonie St-Marc

> Vindotalé : la rencontre entre la chanteuse Bleunwenn et le guitariste et chanteur Gwenolé Lahalle dans un répertoire de chansons traditionnelles arrangées (de Bretagne, d'Ecosse, d'Irlande ou du Pays de Galles et de compositions inspirées de l'univers celtique (pop bretonne electro)

> Oakland : un duo inspiré de l'Americana, courant musical qui oscille entre folk et country. Sur des reprises de groupes tels que Creedence Clearwater Revival, Neil Young, The Eagles ou bien encore Johnny Cash ou Bruce Springsteen (entre autres), Fred (guitare stompbox chant) et Herbert (guitare basse contrebasse chant) proposent des arrangements où s'exprime leur grande complicité vocale et musicale (entre folk et country)

 

Vendredi 8 juillet
> TisDass : le groupe du chanteur guitariste Moussa Kildjate Albadé un groupe installé à Niamey et originaire de l’Azawad au Niger. Le nom du groupe se rapporte aux piliers qui abritent les tentes traditionnelles. Il est le signe d'un attachement fort à une culture que TisDAss entend défendre et faire connaître par la force de la musique (rock touareg)

 

Vendredi 15 juillet
> Les Types à Pied : un concert francophone aux accents canadiens, quelques pas de hip hop, une étape de swing métisse, une pause de guinguette soviet, et du route reggae. Un joli mélange d’influences allant de « Mes souliers sont rouges » aux Ogres de Barback en passant par les VRP. Le tout servi avec une grosse énergie et une fraîche répartie. Bref, une musique jouée justement, sans prétention et ou tout le monde se retrouve » (chanson swing)

 

Vendredi 22 juillet
> Spontus : une musique à danser renouvelée, une créativité débridée qui tisse le lien entre les danseurs et les musiciens. Une musique qui s’envole souvent vers des sonorités nouvelles, mais qui atterrit toujours dans un fest noz quand le violon et la guitare kan et diskan ou que l’accordéon et la basse jouent à la bombarde et au binioù. Spontus fait danser aux quatre coins de la Bretagne depuis 1996 et s'est inventé un univers personnel imprégné du style des anciens, nourrit par des références très prononcées. Le groupe dégage sur scène une complicité incroyable et une énergie communicative, fruit d'une amitié partagée de longue date (musique traditionnelle)

 

Vendredi 29 juillet
> Sunny Legacy : Certains oublient parfois que la musique jamaïcaine moderne puise une grande partie de ses racines au coeur du rhythm’n’blues et de la soul US. Depuis 2015 Sunny Legacy n’en fait assurément pas partie. Les Morbihannais ravivent aujourd’hui une flamme rare dans leur région avec une musique ardente héritée de l’âge d’or de la musique jamaïcaine entre 1966 et 1972 (rock steady)

 

Vendredi 12 août à la Madeleine
> Brazakuja : Trois voix, un violoncelle, un accordéon, et une batterie. Entre Brésil et Balkans, Brazakuja varie les sonorités, les rythmes et les langues pour offrir un mélange unique et coloré. Entre fête et poésie, ses morceaux se dansent autant qu'ils s'écoutent, ses mots nous donnent le sourire aux lèvres autant qu'ils peuvent nous donner la larme à l’oeil (musique du monde)

 

Vendredi 19 août
> Kengai Orchestra : Réunie autour des compositions du chanteur/saxophoniste Maël Morel, l'équipe du Kengaï Orchestra trouve ses racines dans la « Black Music ». Se nourrissant essentiellement de grooves afro caribo ricain, elle explore également la jungle sonore actuelle des paysages urbains, croisant les esthétiques au profit d'une musique populaire, dansante et transgénérationnelle. A chaque chanson sa pulsation. Cette « World Music » se chante en trois langues, inspirée des multiples voyages qui ont formé la personnalité musicale de Maël. On y retrouve des musiciens ayant joué avec Percubaba la Yuma, Cut The Alligators ou encore RumbleJungle (afro-caribo-ricain)

 

Vendredi 26 août
> The Bloyet Brothers : Les bruits courent que la familia Bloyet a repris les rênes de Rock City. Cette cité laissée à l'abandon depuis quelques années méritait bien un nouveau coup de fouet The Bloyet Brothers, bien connus des services, ont décidé de la retaper à coups de riffs fuzzés efficaces, de chorus d'orgue à l'ancienne et de batteries aussi percutantes qu'une 22 à bout portant. Tu l'auras compris, les frangins ne font pas dans la dentelle et ça fait plaisir. Du rock, du rock, du rock... Bref, un cocktail organique, orgasmique,orgasmique, "original rock 70" sur un fond de Blues bien badass. Avec un nouvel album en préparation pour 2023, le braquage continue sur scène avec élégance. Groupe de live par excellence, les frangins sauront vous séduire avec leur gouaille et leur talent d'improvisation (blues, rock)

TOP